AICA Barge

Associazione Imprenditori Commercianti Artigiani – Barge

header_QR_brd

Le château de Barge

Ce qu’il nous reste aujourd’hui du château de Barge est le résultat de différentes transformations tout au long des siècles. Placée dans un endroit stratégique privilégié, surtout du point de vue défensif, cette forteresse exploitait un épéron  rocheux situé à la confluence de deux fleuves, le Chiappera et l’Infernotto.

Le château inférieur a été bâti quand le fief de Barge appartenait aux homonymes seigneurs, vassals  des marquis de Saluzzo. Ensuite il a été inséré dans un système  de défense toujours plus complexe, qui comprenait, en plus de la double enceinte de murs qui protégeait la ville, un château supérieur placé peu loin et une forteresse dans la plaine, près de l’actuel poids public.

Le développement du système de défense  a coïncidé  avec deux événements importants dans l’histoire de Barge: la conquête définitive par les Savoie en 1363 et, au XVIème siècle, les guerres entre les Français et les Espagnols pour la domination  de l’Italie. Entre le 2 et le 3 juillet 1363 Amédée VIII de Savoie, dit “le Conte Verde”, plia la résistence des milices de Saluzzo commandées par Azzone de Saluzzo, frère du marquis Frédéric II et conquéra le château grâce à la trahison de son chatelain.

Depuis ce moment la ville de Barge est devenue un fief   des Savoie et a été liée à leurs destinées.

Au XVIèmè siècle le système de défense  de Barge a atteint son plus grand développement, ce qui nous est témoigné par un croquis conservé encore aujourd’hui à la Bibliothèque Nationale de Paris.

En 1431 les Frères Mineurs Conventuels  de Saint François ont demandé à la Municipalité de Barge de pouvoir s’installer dans les ruines du vieux château, désormais abandonné. L’Ordre a obtenu la permission de s’établir à Barge pour  y bâtir une église et un couvent grâce à un bref du Pape Eugène IV (au siècle Gabriele Condulmer) du 1er Novembre 1431. La Municipalité a participé aux frais et a donné une contribution le 25 Mars 1435, dans le but de pouvoir “… reddificari et cellas fieri pro comoditate et usagi fratrum minorum ibidem recidere debencium” ( reconstruire et réaliser des cellules pour le confort et l’usage des moines qui doivent résider là-bas).

Les frères franciscains sont restés dans leur couvent de Barge jusqu’à 1801, quand les lois de Napoléon ont réduit la présence des ordres religieux dans le territoire de l’empire, en confisquant l’argent  dérivant de la vente de leurs biens. Tombé entre des mains privées, l’ancien couvent est allé en ruine et vers la fin du siècle le sénateur Bertini l’a acheté et  restauré selon le goût de l’époque. L’église a été démolie et le grand crucifix a été donné à la Confrérie des Pénitents de Sainte Croix, où il se trouve encore aujourd’hui.

Le clocher, bâti sur les ruines d’une tour médiévale du château préexistant, a été transformé en tour crénelée: on a fermé les arcs où se trouvaient les cloches, on a éliminé le toit en pierres et on a bâti de faux créneaux. Une partie des édifices a été détruite tout en conservant deux ailes du cloître et les chambres situées au-dessus. Au début du  XXème siècle, tout l’ensemble architectural a été acheté par le peintre et sculpteur de Barge Romolo Bernardi, qui l’a enrichi avec des sculptures et des plaques. Dans les années soixante du siècle passé, les ruines du couvent ont été transformées en maison privée.

De l’ancien couvent, à part la structure, il ne nous reste que quelques parties d’un fresque, dont le sujet est Saint François, cachées dans les murs de la tour.

Tiziano Vindemmio – Traduzione a cura di Maria Elisa Bosio

cornicemonumenti

castello1castello2castello3castello4castello5castello6castello7castello8castello9castello10castello11castello12castello13castello14castello15castello16castello17castello18KONICA MINOLTA DIGITAL CAMERAKONICA MINOLTA DIGITAL CAMERAKONICA MINOLTA DIGITAL CAMERA

foto: Filiberto Comba - www.filibertocomba.com